Rapport de l’Organisation Internationale pour les migrations (OIM) de 2017 : améliorer le retour et la réinsertion sûrs et dignes des personnes victimes de la traite humaine.

Lis moi avec webReader

Ce Rapport de l’OIM de 2017 intervient dans le cadre de la mise en œuvre par l’OIM de deux projets distincts mais complémentaires : le projet CARE (Approche Coordonnée pour la Réinsertion des victimes de la traite qui retournent volontairement dans un pays tiers) et le projet TACT (Action Transnationale – Retour et réinsertion sûrs et dignes des victimes de la traite qui rentrent volontairement dans trois pays prioritaires : Albanie, Maroc et Ukraine).

Ces deux projets ont impliqué au total neuf Etats membres de l’UE – l’Autriche, Chypre, l’Espagne, la France, la Grèce, l’Italie, la Pologne, le Portugal et le Royaume-Uni – qui se sont engagés à améliorer les programmes de retour et de réinsertion à la disposition des victimes de la traite (VdT), afin de rendre ce processus plus sûr et plus durable, et de réduire les risques pour les victimes d’être à nouveau captées par un réseau de traite des êtres humains (TEH).

En gardant cet objectif à l’esprit, l’OIM s’est efforcé, à travers la mise en œuvre de ces deux projets, de développer, d’appliquer et d’affiner des procédures opérationnelles stetard (SOPs) pour encadrer le retour et de la réinsertion des victimes de la traite, et ainsi garantir une continuité de l’accompagnement dans ce processus.

Ce rapport vise à rassembler et à partager les enseignements tirés de la mise en œuvre de ces deux projets et à identifier des pistes pour le développement de mécanismes transnationaux d’orientation (TRM) entre Etats membres de l’UE et pays tiers.

La question des mécanismes transnationaux d’orientation est une priorité clé dans les efforts actuels de l’Union Européenne contre la traite humaine, tel que mentionné dans la Stratégie de l’Union Européenne en vue de l’éradication de la traite des êtres humains.

En 2014, 70 bureaux de l’OIM dans les pays d’accueil et 170 pays d’origine ont été impliqués dans l’accompagnement de 43 786 migrants à l’échelle mondiale.

Sources : Rapport de l’OIM de 2017 : enhancing-safety-and-sustainability-return-and-reintegration-victims-trafficking-french