Enregistrement des crimes de haine – Pratique de collecte de données à travers l’Union Européenne.

Lis moi avec webReader

➡  Dans toute l’Union Européenne, les personnes sont confrontées à la haine en raison de la couleur de leur peau, de leur appartenance ethnique, de leur religion, de leur sexe ou de leur sexualité.

En réponse, l’Union Européenne et ses États membres ont adopté des lois contre les crimes de haine et des services de soutien aux victimes.

Mais ceux-ci ne feront que remplir leur potentiel :

  • si les victimes signalent du harcèlement motivé par la haine et de la violence à la police,
  • et si les policiers notent de tels incidents comme crimes de haine.

Si les crimes haineux restent non-identifiés ou non-enregistrés, ils restent non étudiés, non-reconnus, non comptabilisés et, finalement, invisibles.

➡ Ce Rapport de l’Agence de l’Union Européenne des Droits Fondamentaux fournit des informations riches et détaillées sur l’enregistrement des crimes de haine et les systèmes de collecte de données dans l’Union Eurpéenne, y compris toute coopération systémique avec la société civile.

Sources : FRA/Publication/2018/Enregistrement et collecte des crimes de haine

Article lié à la Charte Européenne des Droits Fondamentaux : Article 21 (non-discrimination).