Yazda Organisation : une Organisation Internationale Yazidi pour soutenir le groupe minoritaire ethno-religieux Yazidi.

Lis moi avec webReader

YAZDA – Une Organisation internationale Yazidi 

Yazda Organization est une organisation à but non lucratif 501 (c) (3) basée aux États-Unis, créée pour soutenir le groupe minoritaire ethno-religieux Yazidi aux États-Unis et la patrie Yazidi dans le nord de l’Irak et le nord-est de la Syrie. La mission de Yazda Organisation est de soutenir la communauté Yazidi à la suite du génocide d’août 2014, commis par le soi-disant «Etat islamique», qui a entraîné la mort de 3.000 à 5.000 civils, l’enlèvement de 5.000 à 7.000 hommes, principalement des femmes et des enfants, et le déplacement de 400.000 personnes des campagnes Yazidi à Sinjar, la plaine de Ninive et la Syrie.

Sur les réseaux sociaux de l’O.N.G. O.E.N.D.D.F. (Facebook, Twitter, Instagram): « Le génocide Yazidi est une réalité. L’organisation Yazda est maintenant établie pour prévenir de futurs génocides ».

Yazda Organisation est devenue Membre et partenaire de l’Observatoire Européen de la Non-Discrimination et des Droits Fondamentaux. 

 

Yazda Organisation est maintenant établie pour prévenir de futurs génocides.


Sources : la reconnaissance du génocide Yazidi – Yazda Organisation (https://www.yazda.org/the-recognition-of-the-yazidi-genocide/)

 » Les Yazidi sont victimes d’un génocide : 85 % de la population Yazidi est déplacée et plus de 3 000 femmes et enfants restent prisonniers d’ISIS, continuellement violés et forcés de travailler comme esclaves.

La communauté internationale a élaboré une définition du génocide qui a été utilisée auparavant dans les Tribunaux pénaux internationaux pour le Rwanda et l’ex-Yougoslavie (c’est-à-dire qu’il existe un précédent et la Cour pénale internationale doit reconnaître les horreurs en Irak et prendre des mesures immédiates) :

1) L’élément mental, c’est-à-dire «l’intention de détruire, en tout ou en partie, un groupe national, ethnique, racial ou religieux en tant que tel»,

2) L’élément physique qui comprend cinq actes décrits aux sections a, b, c, d et e. Un crime doit inclure les deux éléments à appeler «génocide».
Article II: Dans la présente Convention, le génocide désigne l’un des actes suivants commis dans l’intention de détruire, en tout ou en partie, un groupe national, ethnique, racial ou religieux, en tant que tel:

A) Tuer des membres du groupe;
B) causer un préjudice corporel grave aux membres du groupe;
C) infliger délibérément au groupe des conditions de vie susceptibles d’entraîner sa destruction physique en tout ou en partie;
D) Mettre en place des mesures visant à prévenir les naissances au sein du groupe;
E) Transfert forcé d’enfants du groupe vers un autre groupe.

Article III: Les actes suivants sont punissables:

A) Génocide;
B) Conspiration pour commettre le génocide;
C) Incitation directe et publique à commettre le génocide;
D) Tentative de commettre le génocide;
E) Complicité dans le génocide.

Les Yazidis ont été traités comme des « sous-citoyens » en Irak, ce qui ajoute à leurs difficultés à obtenir une assistance juridique. Historiquement, il ya eu des malentendus concernant la religion Yazidi, qui célèbre Dieu et sept anges. Un de ces anges a un nom dont la consonance est proche de celle du diable dans l’Islam. Ainsi, le groupe minoritaire ethno-religieux, les Yazidi, a été massacré des dizaines de fois au cours du dernier millénaire. Pourtant, aujourd’hui, ils sont capturés et massacrés par un groupe terroriste connu et reconnu, opposé à l’échelle mondiale, alors que la communauté internationale ne fait aucun effort pour les aider.

Plusieurs rapports des Nations Unies ont classé les attaques de l’ISIS contre le peuple Yazidi comme étant un génocide et reconnaissent qu’il s’agit d’un problème permanent.

Nous avons déjà vu de tels «nettoyages» ethniques. Le peuple juif, historiquement persécuté maintes et maintes fois, a été tué par des millions dans l’Holocauste avant que la communauté internationale ne commence à apporter son aide. Entre 500 000 et 1 000 000 de Tutsis ont été tués au Rwanda en quelques mois. La population Yazidi est déjà faible: estimée à 700 000 seulement.

Les hommes Yazidi sont massacrés, les femmes et les enfants capturés et asservis. Les femmes et les filles sont sujettes au viol (y compris les filles dès l’âge de 6 ans, et si le viol est suivi par la grossesse, les avortements forcés aussi), la torture et la conversion religieuse forcée. Les garçons capturés ont également été forcés de se convertir et d’endoctriner avec les vues extrémistes de l’ISIS pour servir de soldats. ISIS tue à la fois les personnes Yazidi et la culture Yazidi.

Les Membres aînés de Yazda et les défenseurs des droits de la personne ont plaidé l’affaire du peuple Yazidi, mais jusqu’à présent, en vain. Plus récemment, Nadia Murad, elle-même survivante de l’esclavage ISIS, a participé à un événement en Australie pour s’attaquer aux crimes que l’ISIS a commis contre les minorités en Syrie et en Irak et tente de transférer les survivants d’ISIS en Australie.

L’attention internationale accrue, à la fois sur le massacre des Yazidi et sur le sort des survivants restants (esclaves actuels, esclaves échappés et réfugiés déplacés), est un pas vers la responsabilisation de l’ISIS pour leurs actions odieuses et inhumaines. Alors que l’année dernière, l’ONU s’efforçait de reconnaître cette crise comme un génocide, en se basant sur les définitions acceptées dans les cours passées et la situation actuelle, ce qui se passe en Irak est clair. 

Pourtant, il est clair que la crise en cours en Irak et en Syrie impliquant la décimation systémique du peuple Yazidi relève de la compétence de la CPI et que ISIS est en train de commettre un génocide contre eux.

ISIS a déclaré clairement qu’il vise à éliminer la population Yazidi. Ceux qui sont capturés sont contraints de se convertir, ceux qui ne veulent pas se convertir sont tués. En détruisant les maisons et les communautés de cette manière, les survivants Yazidi ne peuvent jamais retourner dans leurs maisons.

Sans l’aide de la communauté internationale, le peuple Yazidi peut ne jamais se remettre. Non seulement ils ont besoin d’aide pour se défendre contre les attaques d’ISIS, mais aussi de ressources. La majorité de ces personnes ont été transférées dans des camps de réfugiés (et dans beaucoup d’entre eux sont encore des cibles de violence) sans approvisionnement suffisant. Les femmes et les enfants qui ont échappé à l’esclavage de l’ISIS ont besoin de conseils et de soutien pour commencer à composer avec les événements affreux qui leur sont arrivés.

Pour ceux qui ont déjà été tués dans les attaques de l’ISIS, Yazda tente de soustraire les corps restant dans les fosses communes pour forcer les familles à tourner la page. Ceux qui vivent encore en Irak et dans des camps de réfugiés dangereux ont besoin d’options de réinstallation, mais la CPI refuse d’entendre ces cas pendant un minimum de six ans. Six ans de plus sous la menace constante d’extermination en Irak et au Kurdistan, ou sans nourriture et abri adéquats dans un camp de réfugiés. C’est inacceptable.

Yazda demande une aide une fois que les Yazidi seront libérés de l’Irak. Non seulement les victimes de l’ISIS méritent justice, mais il faut de nouvelles mesures internationales qui empêchent de nouveau le génocide d’être subi par les Yazidi.

Pendant plus d’un an, Yazda a lutté pour forcer la reconnaissance du génocide au-delà de simples voeux à l’action. C’est la responsabilité humanitaire la plus fondamentale de la communauté internationale de fournir une assistance. Les Yazidi meurent. Ils ont besoin d’aide ».