June 2015. Situation of migrants in CALAIS, FRANCE.

Lis moi avec webReader

Communiqué de Presse du 1er Juin 2015 sur la situation des personnes en situation de migration à CALAIS, FRANCE.

Question n° 1 : une rumeur circule sur internet sur la doctrine islamique de l’immigration, à savoir qu’une stratégie de conquête, vieille de 14 siècles, consisteraient à envoyer des migrants très nombreux, à CALAIS, en FRANCE, pour y implanter un islamisme à terme.

La Réponse de l’Observatoire Européen de la Non-Discrimination et des Droits Fondamentaux :

Cette idée vise à attiser les craintes et n’est pas corroborée par les faits.

Notre analyse sera factuelle, sur le mois de mai 2015.

– A CALAIS, sur le premier camp, au niveau du Leader Price du Centre Ville, les Erythréens que nous avons rencontrés, très nombreux, et auprès desquels nous avons réalisé une aide alimentaire d’urgence, sont en fait tous d’ethnie chrétienne et ont fui les conséquences économiques graves de la guerre qui a ravagé l’Erythrée et l’Ethiopie de 1998 à 2000.

Il existe un effet différé, à long-terme, de cette guerre, qui conduit les populations locales à l’exil, faute d’économie locale de leur pays viable et pérenne.

De plus, les Erythréens rencontrés ne parlaient pas français, mais uniquement anglais, et ils étaient en attente de régularisations de visas pour aller travailler au ROYAUME-UNI.

Nous les avons encouragés à effectuer des procédures de demande d’asile pour le temps de séjour en FRANCE, pour ceux qui ne les avaient pas déjà faites, et nous avons répondu à certaines de leurs interrogations, notamment juridiques.

– A CALAIS, le second camp, situé impasse des Salamines, est un gigantesque hangar, issu d’une ancienne usine de recyclage de métaux, transformé en squat, dénommé « Fort Galloo ».

Les hommes que nous avons rencontrés, ouverts et sympathiques, sont des personnes principalement de nationalité soudanaise, tchadienne ou afghane.

Nous avons pu nous assurer qu’il existait un point d’eau potable et nous leur avons apporté une aide alimentaire ponctuelle.

Ces migrants ne parlaient pas français, mais uniquement anglais, et ils étaient en attente de régularisations de visas pour aller travailler au ROYAUME-UNI.

Nous les avons encouragés à effectuer des procédures de demande d’asile pour le temps de séjour en FRANCE, pour ceux qui pouvaient y être éligibles.

Question n° 2 : une rumeur circule sur le net, à savoir que les migrants sur les cargos comporteraient uniquement des membres de l’Etat islamique, sous forme de réfugiés, et qu’ils débarqueraient à CALAIS.

La Réponse de l’Observatoire Européen de la Non-Discrimination et des Droits Fondamentaux :

Les personnes que nous avons rencontrés à CALAIS étaient de nationalité Soudanaise, Tchadienne, afghane et érythréenne : elles ne nous ont pas semblé avoir combattu avec l’Etat islamique.

Leurs conditions de vie misérables, en terme de nourriture, de logement, d’accès aux soins, sont le contraire de celles de combattants nantis.

Les personnes migrantes rencontrées nous ont semblé fuir en pratique les conséquences économiques de guerres civiles et militaires, qui ont désagrégé l’économie locale de leur pays et ont anéanti un espoir de reconstruction économique, sociale et politique.

Questions n° 3 : une rumeur circule sur le net, à savoir qu’à CALAIS, les migrants seraient toujours des hommes seuls.

La Réponse de l’Observatoire Européen de la Non-Discrimination et des Droits Fondamentaux :

Au contraire, nous avons rencontré des femmes migrantes, notamment dans le camp de CALAIS improvisé, près du Leader Price, à savoir des femmes Erythréennes.

De plus, contrairement aux idées reçues, il n’existe pas d’unité, ni de solidarité entre ethnies : il existe au contraire un antagonisme ethnique latent entre les Erythréens, d’une part, et les Tchadiens et les Saoudiens, d’autre part, ce qui entraîne des communautés vivant en général sur des camps et sur des lieux de vie différents.

En outre, beaucoup d’hommes migrants à Calais ont laissé leur place aux femmes et aux enfants dans le nouveau Centre « Jules Ferry », mis en place par le Ministre de l’Intérieur, Monsieur CAZENEUVE.

Ce Centre, qui répond à une urgence sociale, est un lieu de distribution de repas, prévu pour 1 500 personnes environ, où les personnes migrantes peuvent recharger leur portable, prendre des douches et recevoir des soins de base.

Si cette distribution de repas dans ce Centre, financé par l’Etat et les collectivités, est un progrès certain et considérable, ce Centre reste insuffisant, au vu des deux camps improvisés de personnes migrantes que nous avons visités.

Le nombre de personnes migrantes, attirées par la Ville de Calais comme un tremplin vers l’Eldorado du Royaume-Uni, est en effet croissant.

Nous avons ainsi croisé de nombreux nouveaux migrants, dans les bus, les trains et les rues de CALAIS.

Faire évacuer les camps de migrants n’a pas de sens, si des solutions pérennes d’hébergement, de distribution gratuite de repas et d’hygiène ne sont pas mises en place le jour même pour toutes les personnes en situation de migration à CALAIS, au besoin en faisant appel au financement de nouveaux Centres par les instances de l’Union Européenne, au regard du caractère européen et international de la Ville de CALAIS.

Question n° 4 : Une rumeur circule sur le net, à savoir qu’à CALAIS, les personnes migrantes seraient toujours des personnes de religion musulmane, envoyées par des passeurs payés par l’Etat Islamique.

La Réponse de l’Observatoire Européen de la Non-Discrimination et des Droits Fondamentaux :

Il s’agit d’une contre-vérité. La réalité est beaucoup plus diverse et complexe.

Certains migrants, de religion chrétienne, n’arrivent pas sur les côtes, parce qu’ils sont parfois jetés à la mer dans des conditions dramatiques, en raison de la fragilité des embarcations et de la règle « chacun pour soi » qui règne à bord, sans compter l’absence de vivres suffisants.

Les migrants ont fui les conséquences économiques de longues guerres civiles et militaires dans leur pays d’origine, qui ont rendu exsangue l’économie locale.

Par exemple, les Soudanais rencontrés étaient issus du DARFOUR. Pour mémoire, depuis février 2003, le Darfour est une province de l’ouest du Soudan, qui est en proie à une guerre civile terriblement meurtrière. Celle-ci a fait, selon l’Organisation des Nations unies (O.N.U.), plus de trois cent mille morts et a provoqué le déplacement de plus de deux millions et demi de personnes. Les conséquences de cette guerre se payent maintenant, en Union Européenne.

Question n° 5 : Que faut-il espérer de cette situation à CALAIS ?

La Réponse de l’Observatoire Européen de la Non-Discrimination et des Droits Fondamentaux :

Notre Association considère qu’une mobilisation intelligente, coordonnée et active de tous les acteurs sociaux, humanitaires, politiques et économiques, ainsi qu’une prise de conscience aigue et une lutte constante de l’indifférence face à la situation humanitaire et sociale, et une bonne pratique de l’anglais, pour permettre un contact ou un dialogue local, sont des facteurs-clés de prise en charge de cette situation, complexe.

Une aide humanitaire et financière, ciblée et adaptée, doit être accompagnée d’une gestion politique intelligente en amont du statut des migrants, par :

  • la mise en œuvre de la Charte des Droits Fondamentaux de l’Union Européenne, qui rappelle que la plupart des droits qui y sont ancrés s’appliquent à toute personne au sein de l’Union Européenne, quel que soit son statut migratoire, qui prévoit le droit d’asile et qui interdit les expulsions collectives, ainsi que l’éloignement, l’expulsion et l’extradition des individus s’il existe un risque pour leur vie ou d’autres préjudices graves ;
  • l’Etat et les collectivités locales ;
  • les ONG locales, dynamiques et réactives.

Ces facteurs-clés permettront de gérer dans les meilleures conditions la situation complexe de CALAIS, devenue plateforme de migration internationale.

Grâce à vos dons, l’Observatoire Européen a développé une expérience de terrain. Merci  de votre confiance !

Didier BOYENVAL, le 1er Juin 2015

Regardez les actualités de l’O.E.N.D.D.F. sur : http://europeanobsndfr.org/category/asylum-migration-and-borders/